Libellules
© Johann Cousinard 2018 -  toute reproduction interdite - tous droits réservés
APPRENDRE Pour   apprendre   à   reconnaitre   les   odonates,   rien de    mieux    qu’un    bon    guide    de    terrain .    Vous trouverez    différents    ouvrages    traitant    du    sujet dans la biblio  du site. Je     vous     recommande     particulièrement     deux ouvrages.   Le   premier,   le   « Cahier   d’identification des   libellules   de   France,   Belgique,   Luxembourg   & Suisse »    des    éditions    Biotope    traite    de    103 espèces   de   libellules   que   l’on   rencontre   dans   ces quatre    pays.    C’est    un    guide    avec    des    clés illustrées   de   dessins   et   de   photos   des   adultes   et des   larves.   Son   format   léger   et   compact   en   fait un bon guide de terrain. Le   second,   le   « Guide   des   libellules   de   France   et d’Europe »        des    éditions        Delachaux    &    Niestlé comprends   des   dessins   et   des   photos   des   imagos de    160    espèces    européennes,    y    compris    de certains      immatures.   Par   contre   les   larves   n’y sont   pas   représentées   et   il   est   un   peu   plus   lourd à emporter sur le terrain. Pour    identifier    les    larves    et    les    exuvies,    des ouvrages   spécialisés   dans   le   domaine   sont   les bienvenus,     comme     celui     de     Heidemann     &       Seidenbush   :   « Larves   et   exuvies   des   libellules   de France   et   d’Allemagne   (sauf   Corse) »   édité   par   la Société   Française   d’Odonatologie   ou   la   « Clé   de détermination    des    exuvies    des    odonates    de France»  de Doucet paru chez le même éditeur. . Enfin,   n’hésitez   pas   à   vous   renseigner   auprès   des différents    organismes    et    associations    oeuvrant dans   le   domaine   de   l’environnement   près   de   chez vous.     Des     formations      sont     dispensées     à certaines   périodes   de   l’année   pour   reconnaitre   et en   apprendre   plus   sur   les   odonates.   C’est   le   cas par   exemple   de   l’ OPIE    (Office   Pour   les   Insectes   et leur   Environnement).   C’est   aussi   le   cas   de   la   SFO   (Société      Française      d’Odonatologie).      Leurs formations    s’adressent    aux    débutants    comme aux personnes désirant se perfectionner.
OBSERVER Pour     savoir     où     et     quand     observer     les libellules ,     il     convient     de     connaitre     leurs habitats,   leurs   habitudes,   leurs   comportements, et leur cycle de vie. Les   libellules   sont   dépendantes   de   la   présence d’eau.   Cependant   elles   ne   fréquentent   pas   toutes les    mêmes    milieux.    Certaines    espèces    sont adaptées   à   des   habitats   variés   alors   que   d’autres fréquenteront   toujours   le   même   type   de   milieu humide. Certaines   libellules   comme   l’aeschne   bleue   vont préférer    des    milieux    à    eaux    stagnantes    (lacs, étangs,    mares,    tourbières)    alors    que    d’autres comme    le    caloptéryx    vierge    préfèreront    les milieux à eaux courantes. Certaines     libellules     comme     l’anax     empereur pourront    fréquenter    des    eaux    saumâtres    alors que     d’autres     comme     l’agrion     bleuissant     se       rencontreront dans des eaux de bonne qualité. Certaines    libellules    vont    voler    à    une    certaine période   de   l’année,   d’autres   à   un   autre   moment   : le   sympétrum   noir   vole   d’août   à   septembre   alors que   l’aeschne   printanière   vole   de   mai   à   juin,   et l’agrion   élégant   quant   à   lui   peut   être   observé   de mars à novembre dans le sud de la France. Des    libellules    en    chasse    peuvent    s’écarter    de leurs milieux habituels. Les   libellules   n’ont   pas   la   même   apparence   au cours    de    leur    vie.    La    coloration    de    certaines espèces    évolue    avec    l’âge    des    imagos    (forme immature,   forme   mature,   forme   âgée).   Attention donc lors de vos observations. Observer   des   larves   et   des   exuvies   n’est   pas toujours   aisé.   Les   larves   sont   aquatiques   et   on les   trouvera   donc   dans   l’eau.   Certaines   vivent   au fond     de     l’eau     sur     une     pierre,     d’autres s’enfouissent    dans    les    sédiments,    d’autres    se dissimulent   dans   la   végétation.   Les   larves   sortent de    l’eau    pour    émerger    et    s’extirper    de    leur dépouille   larvaire   -   ce   qu’on   appelle   exuvie.   La découverte    d’exuvies    constitue    donc    un    bon signe   de   reproduction   d’une   espèce   donnée   dans un milieu prospecté. Pour   approcher   les   libellules ,   il   faut      procéder avec   minutie.   Les   yeux   composés   des   libellules sont    fortement    sensibles    aux    mouvements    et leur   champ   visuel   est   très   large   (presque   350   °). Une   approche   particulièrement   lente   et   patiente est   donc   recommandée.   Essayez   de   porter   des vêtements   se   fondant   avec   le   milieu   dans   lequel vous    évoluez.    Cela    rendra    vos    mouvements moins perceptibles. Après    avoir    observé    une    libellule    arrive    le moment     de     l’ identifier .     Etre     capable     de reconnaitre    les    différentes    familles    d’odonates vous    aidera    grandement    pour    orienter    votre identification.     Il     convient     toujours     de     bien observer    la    tête,    le    thorax,    l’abdomen,    et    les ailes   de   chaque   libellule   pour   repérer   les   critères distinctifs    qui    vous    permettront    de    déterminer l’espèce.    Il    ne    vous    restera    qu’à    consulter    le guide de terrain que vous aurez pris avec vous. Certaines   espèces   ne   sont   pas   toujours   faciles   à différencier,    surtout    lorsque    les    imagos    sont actifs.   Le   recours   à   la   photo    constitue   un   outil précieux   pour   vérifier   et   confirmer   l’identification à   posteriori   sur   l’écran   de   l’appareil   ou   sur   l’écran d’un ordinateur à la maison. Une   paire   de   jumelles    peut   s’avérer   très   utile également.   Préférez   un   modèle   à   courte   distance de   mise   au   point   (entre   50   cm   et   1,50   m)   qui vous   permettra   d’observer   de   près   les   libellules. Préférez    aussi    une    paire    de    jumelles    à    faible grossissement     (8x     maximum)     car     un     fort grossissement    réduirait    le    champ    de    vision. N’hésitez pas à essayer les Pentax Papilio II . Enfin   préférez   les   jumelles   au   filet.   Laisser   la capture    de    specimens    aux    chercheurs    et    aux scientifiques.    Préférez    une    collection    photo,    et surtout   ne   collectez   pas   de   specimens   d’espèces en    danger    ou    vulnérable.    C’est    une    question d’éthique et de choix personnel.
PARTICIPER Collectez    les    données     lors    de    vos    sorties. Notez    les    informations    sur    vos    observations (espèces    rencontrées,    lieux    des    observations, conditions      météo,      comportements,      …)      et transmettez   les   aux   organismes   de   collecte   de données. En voici quelques-uns francophones : http://steli.mnhn.fr/ Suivi     TEmporel     des     LIbellules.     Pour     la France,    participez    à    des    inventaires    en suivant    un    protocole    établi    pour    évaluer l’évolution des populations d’odonates. https://www.faune-france.org/ pour   la   France,   vous   y   trouverez   des   liens vers    de    nombreux    départements,    et    vous pourrez     transmettre     vos     données     pour plusieurs      taxons      (papillons,      libellules, oiseaux,   mammifères,   amphibiens,   reptiles, coléoptères, araignées, …). v / encodage/ pour   la   Belgique.   Autre   site   de   collecte   de données pour différents taxons. f W W m e.do pour la Suisse.
PRÉSERVER Les   libellules   sont   des   insectes   fascinants,   faciles à   observer   mais   souvent   farouches.   Elles   sont considérées    comme    de    bons    indicateurs    de    la qualité   des   écosystèmes   humides.   Les   activités humaines   nuisent   grandement   aux   libellules   :   les zones   humides   nécessaires   à   leur   reproduction sont    détruites    ou    dégradées    ;    les    pratiques agricoles    conduisent    à    la    raréfaction    de    leurs proies     ;     l’introduction     d’espèces     exotiques comme     l’écrevisse     américaine     entraine     des dégâts   sur   les   populations   de   larves,   ou   de   la carpe Amour sur la végétation aquatique. Plus    d’un    quart    des    espèces    en    France    sont considérées      comme      menacées      ou      quasi- menacées.      Ce      constat      n’est      guère      plus encourageant    dans    le    reste    de    l’Europe.    La volonté      de      préserver      les      libellules      est nécessairement   liée   à   la   volonté   de   préserver, conserver    et    entretenir    les    milieux     dans lesquels   elles   vivent.   La   préservation   des   zones humides     est     essentielle     au     maintien     des       populations   de   libellules   et   de   leur   capacité   de   s’y reproduire. N’hésitez   pas   à   vous   rapprocher   d’associations   ou d’organismes    pour    participer    à    des    chantiers natures   ou   des   programmes   visant   à   entretenir des   zones   sensibles,   comme   le   ReNArd    qui   mène des   actions   de   conservation   sur   différents   sites dans le département des Ardennes en France. Chacun    peut    apporter    sa    petite    contribution personnelle   en   créant   une   mare    dans   son   jardin pour attirer les libellules. La    mare    doit    être    creusée    dans    un    endroit dégagé    (pour    éviter    l’accumulation    de    feuilles mortes)     et     ensoleillé     (pour     permettre     le développement     des     plantes     aquatiques).     Il conviendra    de    créer    une    rive    en    pente    douce avec   des   paliers   de   20   cm   par   exemple   pour   la rive   nord   (exposée   au   soleil)   et   une   rive   en   pente plus   abrupte   pour   la   rive   sud   avec   des   paliers   de 40   cm   jusqu’à   une   profondeur   de   80   cm   à   1,20 m (partie qui restera hors gel l’hiver). Il    faudra    ensuite    installer    différents    types    de plantes   qui   serviront   autant   aux   larves   qu’aux libellules       (refuge,       accouplement,       ponte, émergence)    :    des    plantes    de    rive    (myosotis, menthe     aquatique,     laiches,     joncs,     …),     des plantes   semi-aquatiques   enracinées   dans   la   vase (roseaux,   massettes,   iris,   plantain   d’eau,   …),   des plantes    flottantes    (nénuphars,    lentilles    d’eau, potamots,     …)     et     des     plantes     submergées (myriophylle,    élodée,    callitriches,    cornifle,    …) pour oxygéner la mare. Les   insectes   et   les   libellules   viendront   rapidement coloniser   naturellement   la   mare.   Les   amphibiens arriveront un peu plus tard.
JCO Photographies
PHOTOTEK PHOTOTEK